[lvca_heading style= »style3″ align= »left » heading= »Consommation d’énergie par tête d’habitant »]

Cet indicateur est calculé en faisant le rapport des consommations primaire d’énergie (approvisionnement net) en tep et de la population totale. Il permet d’obtenir la consommation en tep par habitant. Ces données permettent d’apprécier le niveau de consommation d’énergie dans le pays avec celui des pays voisins ayant des conditions socio-économiques relativement proches. En le comparant à celui des pays émergents, le même indicateur renseigne sur les efforts nécessaires à déployer notamment dans le domaine de l’énergie voire des autres secteurs d’activités en vue d’atteindre ces niveaux de développement souhaités.

[lvca_heading style= »style3″ align= »left » heading= »Structure de consommation par forme d’énergie »]

Elle est déterminée par la part que représente chaque forme d’énergie dans les consommations finales d’énergie. Elle permet d’analyser les formes d’énergie qui dominent les consommations finales nationales. L’analyse de cet indicateur devrait permettre d’une part, de comparer les formes d’énergie commerciales (électricité, produits pétroliers) aux formes traditionnelles d’énergie (bois de feu, charbon de bois) et d’autre part, de juger du niveau de développement du sous-secteur de l’électricité, ainsi que de la disponibilité de l’énergie électrique pour le développement des activités socio-économiques.

[lvca_heading style= »style3″ align= »left » heading= »Évolution des consommations finales par forme d’énergie »]

Il s’agit de calculer les consommations finales par forme d’énergie sur plusieurs années et de faire l’analyse des tendances ; ce qui permettra d’évaluer la dynamique de croissance des consommations de chaque type d’énergie.

[lvca_heading style= »style3″ align= »left » heading= »L’intensité énergétique et son évolution »]

L’intensité énergétique nationale pour une année s’obtient en faisant le rapport de la consommation finale totale d’énergie et du Produit Intérieur Brut (PIB) de la même année. Il s’obtient en tep/ FCFA (ou en tep/US$ pour les comparaisons internationales). L’analyse de cet indicateur permet, dans une certaine mesure,

d’évaluer l’efficacité énergétique de l’économie. Une évolution à la hausse de l’intensité énergétique signifie une moins bonne performance énergétique car plus énergie est consommée pour la même unité de valeur ajoutée créée.

Cette analyse devrait être complétée par celle de l’évolution de l’intensité énergétique par secteur d’activités afin d’identifier les secteurs d’activités prioritaires dans lesquels une politique de maîtrise des consommations devrait être mise en œuvre.

[lvca_heading style= »style3″ align= »left » heading= »Taux de dépendance énergétique »]

Il est calculé par le rapport entre la quantité totale d’énergie importée sur le territoire et l’offre énergétique totale du pays (production et importations). Cet indicateur est également calculé de façon spécifique pour l’électricité.

Il permet surtout de déterminer le niveau de dépendance du pays vis-à-vis de l’extérieur pour ce qui concerne les approvisionnements énergétiques.

[lvca_heading style= »style3″ align= »left » heading= »Évolution des pertes en énergie électrique »]
Le taux de perte est une donnée d’activité fournie par la SBEE. Son analyse permet de suivre l’évolution du taux de perte annuel en électricité (pertes techniques et non techniques). Il devrait permettre d’apprécier la nécessité de mettre en place une politique de maîtrise des pertes électriques sur le réseau ou des réformes visant à minimiser les pertes non techniques telles que les vols, les fraudes, etc.