[lvca_heading style= »style3″ heading= »La Production de l’électricité »][lvca_accordion style= »style2″][lvca_panel panel_title= »La production d’électricité sur le plan national »]

La production nationale d’électricité a connu une forte augmentation entre 2010 et 2015. Elle s’est élevée à 27,8 ktep (soit 323 GWh) en 2015 alors qu’en 2010 elle n’était que de 9,8 ktep (soit 113,6 GWh). Cette production, en 2015, a été obtenue à partir de centrales thermiques utilisant des produits pétroliers (37,7 ktep en 2015 contre 35,3 ktep en 2010) et du gaz naturel (31,1 ktep en 2015). Il convient de mettre en relief l’utilisation du gaz naturel dans la production nationale d’électricité à partir de 2011. La pénétration de cette forme d’énergie a contribué à améliorer les rendements des centrales électriques et a exercé un impact significatif sur les émissions de gaz à effet de serre du Bénin.

La production de charbon de bois s’est élevée à 330,6 ktep en 2015 contre 259,7ktep en 2010 soit un taux d’accroissement de 4,9 % entre 2010 et 2015. La production de charbon de bois a nécessité l’utilisation, respectivement en 2015 et2010, de 1 117,9 ktep et 878,2 ktep de bois énergie. La part importante du bois énergie pour la production de charbon de bois a un impact substantiel sur les ressources forestières naturelles.

La structure de la consommation finale de l’énergie au Bénin continue d’être dominée par la biomasse énergie : bois de feu, charbon de bois et marginalement les résidus agricoles. La consommation totale finale d’énergie au Bénin s’est élevée à 3 516,5 ktep en 2015 contre 3 132,3 ktep en 2010 soit un accroissement de 11,7% au cours de la période. Par sources d’énergie, la consommation finale est principalement répartie entre la biomasse (50,6% en 2015 contre 48,2% en 2010) et les produits pétroliers (46,7% en 2015 et 49,4% en 2010). La contribution de l’électricité dans la consommation finale est encore relativement faible moins de 3 % entre 2010 et 2015.

Par secteurs, les ménages, le transport et les services représentent respectivement 43,8 % 43,5% et 9,5% de la consommation finale totale en 2015. La part de l’industrie est inférieure à 4% en 2015 alors que celle de l’agriculture est négligeable. Au cours de la période 2010-2015 cette distribution par secteurs a peu évolué et révèle la faiblesse des secteurs créateurs de forte valeur ajoutée, notamment l’industrie et l’agriculture. Plusieurs indicateurs de performance du secteur ont été calculés et analysés. Ces indicateurs incluent les indicateurs de l’initiative SE4All notamment les taux d’accès à l’électricité en milieu urbain et rural, le taux d’accès aux combustibles modernes de cuisson, l’intensité énergétique et le taux de pénétration des différentes formes d’énergies renouvelables dans la production d’électricité. Les indicateurs de performance énergétique montrent un taux de dépendance énergétique de 41,3% et un taux de dépendance électrique de 76% en 2015. Cette forte dépendance s’explique par l’inexistence de ressources en hydrocarbures dans le pays ainsi que d’unités de raffinage. Par ailleurs la production nationale d’électricité reste insuffisante malgré un fort taux d’accroissement entre 2010 et 2015.

Le taux d’électrification national est passé de 25,5 % en 2010 à 27,7 % en 2015. En milieu rural, ce taux est passé de 3,4% en 2010 à 6,3% en 2015. Il s’agit certes pour le milieu rural d’un taux de croissance important au cours de la période, néanmoins l’accès à l’électricité en milieu rural est encore très faible. La part des énergies renouvelables, essentiellement l’hydroélectricité dans la production d’électricité est encore modeste. Cette part relative pourrait cependant fortement augmenter grâce aux projets d’énergie solaire en cours, notamment en faveur des populations rurales.

[/lvca_panel][lvca_panel panel_title= »Élaboration des bilans énergétiques »]

Elle se fonde sur un processus de collecte de données sur la production, la transformation et les consommations finales d’énergie. Les données collectées auprès des grandes unités des différentes branches d’activités économiques sont soumises à une analyse préalable basée sur des séances de travail avec les fournisseurs de données afin de vérifier leur cohérence. Elles sont ensuite compilées dans une base de données conçue à cet effet. La phase suivante consiste à structurer ces données et à établir le bilan énergétique comptable. L’élaboration du bilan énergétique se résume en trois phases selon le schéma simplifié suivant :

[/lvca_panel][lvca_panel panel_title= »Collecte des données »]

L’objectif est de disposer de données suffisamment désagrégées afin de permettre une analyse pertinente du secteur de l’énergie. Plusieurs acteurs interviennent dans le processus de collecte des données sur la production d’énergie, la transformation, les consommations finales, les importations et les exportations ainsi que les variations de stocks. Toutes ces informations sont collectées et centralisées par la Direction Générale de l’Énergie. Plusieurs catégories d’entreprises et d’institutions sont concernées :

  •  Les sociétés pétrolières qui fournissent notamment les données relatives aux:
  • importations de produits pétroliers ;
  •  réexportations des produits pétroliers vers les pays de la sous-région ;
  •  ventes des produits pétroliers au réseau de distribution ;
  •  ventes des produits pétroliers à l’aéroport et à l’OCBN ;
  • ventes directes des produits pétroliers aux entreprises et institutions

Les entreprises à caractère industriel qui fournissent selon les secteurs d’activités (cimenterie, textile, brasserie, alimentation, égrenage de coton, construction, agriculture, etc.) les données ci-après :

  • achat d’électricité à la SBEE ou à la CEB
  • autres consommations d’énergie (non comprises les quantités utilisées pour l’auto production d’électricité)
  •  données sur les équipements d’auto production d’électricité
  •  données de production de biens.
  • – La SBEE et la CEB fournissent les données de production, d’importation et de vente d’électricité.
  • La Délégation aux Affaires Aéronautique Nationale et BeninRail (ex OCBN) fournissent les données de consommations annuelles en produits pétroliers du secteur transport
  • Les grands hôtels fournissent les données de consommation énergétique et d’autoproduction en électricité liées à leur secteur d’activité
  •  Les institutions fournissent des données socio-économiques.Il faut noter également que d’importantes données relatives surtout au secteur de la biomasse ou aux importations non formelles de produits pétroliers sont générées à partir de rapports d’études.

En effet, le Système d’Information pour l’Évaluation Permanente (SIEP) de l’évolution du sous secteur des combustibles domestiques réalisé par la DGE en 2012 permet de calculer les consommations finales des ménages à partir des consommations spécifiques
Tableau 1 : Consommations spécifiques des combustibles domestiques

[/lvca_panel][lvca_panel panel_title= »La production primaire »]

Elle concerne notamment les formes d’énergie qui ne sont pas issues d’un processus de transformation énergétique. Au Bénin, il s’agit notamment de la production hydroélectrique, de la production du bois de feu et des résidus agricoles et de l’électricité solaire, essentiellement photovoltaïque ou hydroélectrique.

Production Hydroélectrique

Elle concerne les statistiques de production d’électricité du barrage hydroélectrique de Yéripao fournie par la société Béninoise d’Énergie Électrique (SBEE).

Production d’électricité photovoltaïque

Elle est déterminée à partir des statistiques de l’Agence Nationale Des Energies Renouvelables (ANADER).

Production de Bois de feu

Elle est estimée à partir des informations fournies par la DGFRN et s’appuie sur la méthodologie du Système d’Information pour l’Evaluation Permanente (SIEP).

Autres biomasse (Résidus agricoles)

La production primaire de déchets de biomasse est estimée à partir des données de consommation de résidus fournies par les principaux consommateurs de résidus agricoles (industries et ménages).

[/lvca_panel][lvca_panel panel_title= »La transformation »]

Production thermique d’électricité par les centrales électriques
Elles sont obtenues des statistiques de production thermique d’électricité fournies par la Société Béninoise d’Énergie Électrique (SBEE).

Production d’électricité par les autoproducteurs
Ces données sont collectées auprès des sociétés industrielles auto- productrices d’énergie électrique. La compilation des données de production d’électricité de chaque unité fournit le
cumul de la production nationale d’électricité par les autoproducteurs d’électricité.

Production de charbon de bois
La production de charbon de bois est estimée à partir de la consommation finale. La quantité de bois de feu ayant servi à la production du charbon est estimée en tenant compte d’un rendement pondéral de carbonisation de 15%.

[/lvca_panel][lvca_panel panel_title= »La production d’électricité »]

La production d’électricité est assurée par les centrales électriques publiques connectées au réseau et par des auto-producteurs indépendants disposant de leurs propres moyens de production. La production d’électricité des centrales publiques et des auto-producteurs s’estélevée à 27 ktep (323 GWh) en 2015 contre 9 ktep (114 GWh) en 2010. Cette hausse de la production d’électricité est due à l’augmentation de la production des centrales publiques et des auto-producteurs afin de combler le déficit en énergie électrique provenant de la CEB.

[/lvca_panel][lvca_panel panel_title= »Les centrales électriques publiques »]

Les centrales électriques publiques regroupent toutes les unités de production thermique publiques situées sur le territoire. Elles appartiennent soit à la Communauté Electrique du Bénin soit à la Société Béninoise d’Energie Electrique. Les centrales publiques ont produit 211 GWh d’électricité en 2015 à partir de 21 ktep de gasoil, 4, 68 ktep de jet A1 et 31,1 ktep de gaz naturel. On note une augmentation significative par rapport à 2010 où la production n’était que de 87 GWh. En 2015, le rendement des centrales thermiques de la SBEE était de l’ordre de 32% soit un gain de 6.5% par rapport à 2010 où il n’était que de 25,5%.

Autoproducteurs
La production d’électricité des auto-producteurs est assurée à partir de sources d’énergie plus diversifiées, constituées de produits pétroliers (fioul et diesel/gasoil) et de biomasse énergie (résidus agricoles). En 2015, l’autoproduction d’électricité a atteint 112 GWh.

 La production de charbon de bois
Le charbon de bois est produit à partir du bois en utilisant essentiellement des meules traditionnelles dont l’efficacité énergétique est très faible. Le rendement pondéral pour la production de charbon de bois est estimé à 15% compte tenu des types de meule de carbonisation utilisés. Ce rendement permet d’estimer la quantité de bois de feu utilisée pour la carbonisation. La production de charbon de bois est passée de 259,7 ktep en 2010 à 330,5 ktep en 2015 soit un accroissement de 4,9% entre 2010 et 2015. Cette hausse significative accentue la pression sur les ressources ligneuses et devrait inciter à la mise en place de stratégies de gestion durable de la ressource forestière incluant la substitution (pénétration des GPL : gaz butane) aux combustibles solides pour les usages cuisson qui constituent encore le principal facteur expliquant les forts prélèvements de la biomasse énergie.

Disponibilités
Les disponibilités comprennent tous les approvisionnements nets en énergie aussi bien produits nationalement (bois de feu résidus agricoles, électricité primaire), qu’importés (produits pétroliers, électricité) ainsi que les produits issus de la transformation : charbon de bois et électricité obtenue à partir des produits pétroliers, du gaz naturel et autres sources d’énergie telles que la biomasse. Les disponibilités englobent ainsi les approvisionnements nets et les produits issus de la transformation. Le diagramme de Sankey (Figure 8) illustre la répartition des disponibilités en 2015

Figure 8 Répartition des disponibilités en énergie en 2015 (ktep)

[/lvca_panel][/lvca_accordion]